bannière

bannière

lundi 31 octobre 2016

Grève

Hôtel Radisson Blu - Vieux-Port

Le « mouvement des femmes de chambre » fait tache d’huile !


Moins d’une semaine après la grève victorieuse de l’Intercontinental, le mouvement social des femmes de chambre et équipiers touche à son tour l’hôtel Radisson Blu, de l’autre coté du Vieux-port. Cette fois-ci, ce sont les salarié-e-s du sous-traitant ACQUA qui cessent majoritairement le travail à compter du lundi 31 octobre.

Dans cet établissement 4 étoiles, on retrouve le cocktail habituel : pratiques ne respectant pas le droit du travail, salaires de misère, brimades et autoritarisme de l’encadrement, conditions de travail harassantes et néfastes pour la santé...

Mais aujourd’hui la coupe est pleine, les travailleurs demandent collectivement le respect de leurs droits et de leur dignité ! Ils revendiquent : le paiement à l’heure et la remise mensuelle des pointages ; l’augmentation de la qualification à AQS3 ; une prime de panier de 7 euros net pour les temps partiel temps complets, proratisée pour les temps partiel ; un 13ème mois ; l’annulation des clauses de mobilité sur les contrat de travail ; de nouvelles tenues de travail ; un nouveau matériel de travail (sac à linge, aspirateurs, balais,...) ; un jour de repos fixe les week-end pour toutes les femmes de chambre ; l’annulation des sanctions disciplinaires et le respect des droits syndicaux.

Cette grève s’inscrit plus largement dans un mouvement social qui touche désormais depuis plusieurs mois les établissements de l’Industrie touristique marseillaise. Hôtels, restaurants, commerces... ce sont les travailleurs-euses qui font tout tourner ! Alors que cette industrie est florissante, les patrons doivent bien comprendre que les travailleurs-euses ne se feront plus exploiter en silence !

A partir du lundi 31 octobre, un piquet de grève quotidien sera organisé à partir de 9h devant l’hôtel, 40 Quai de Rive Neuve, venez les soutenir ! 

 

L’exploitation et le mépris ça suffit ! Seule la lutte paie ! 

 

 

CNT Solidarité Ouvrière 13,
12 rue de l’Évêché 13002 Marseille
Contact mail : contact13@cnt-so.org
Site :http://www.cnt-so.org/13
Page FB : https://www.facebook.com/cnt.so13/
Tel : 06.47.39.72.00 - 04.91.35.06.56

Solidarité

Communiqué de Mille Bâbords suite à l’attaque

de la réunion du 28 octobre dans son local



Vendredi 28 octobre 2016 avait lieu à Mille Bâbords un débat à partir du texte « Jusqu'ici tout va bien » dans le cadre d’une soirée intitulée « S'opposer au racialisme : discussion ». Dès le départ de la soirée, un groupe de personnes a fait violemment irruption dans le local dans le but d’empêcher le débat, en hurlant notamment « La discussion n’aura pas lieu ». Voir le tract laissé sur place.
Résultats : livres et revues piétinés, affiches arrachées, tables renversées, coups et menaces, utilisation de gazeuse, vitrine brisée volontairement...

Depuis 16 ans que Mille Bâbords existe et que des débats (très) contradictoires s’y déroulent, c’est la première fois qu’une attaque physique se substitue à l’échange d’arguments même vifs. Indépendamment de la question de fond, les méthodes mises en œuvre sont inacceptables.

Quelle que soit la discussion, la porte reste ouverte dans le respect des personnes et des objectifs mentionnés dans la charte : « Le champ que Mille Bâbords se propose de couvrir est celui de toutes les pensées et mouvements engagés dans une critique et une lutte contre les différentes formes d’exploitation, d’oppression, d’injustice, d’aliénation physique et morale. »

Dans ce cadre, et en accord avec la multiplicité des positionnements politiques des membres de l’équipe de Mille Bâbords, l’association se refuse à s’inscrire dans un courant politique particulier. Elle continuera à accueillir des débats et événements en adéquation avec sa charte.

Les personnes qui se reconnaissent dans le projet de Mille Bâbords peuvent manifester leur solidarité morale et/ou financière. Nous ne solliciterons pas notre assurance – les dégâts s’élevant à plusieurs centaines d’euros – qui exigerait un dépôt de plainte auquel nous nous refusons évidemment.

L’équipe de Mille Bâbords, Marseille le 30 octobre 2016

mardi 11 octobre 2016

Luttes sociales

La bataille des Fralib

ou 1336= 3 années, 124 jours et 1 nouvelle marque de thé 

Rencontre Expo Tea time et Concert 


Samedi 15 octobre 2016

Librairie de l’Arbre
38 Rue des trois Mages Marseille 6°



Autour de Sandrine Lana, journaliste, et Clément Baloup, dessinateur, qui ont collaboré à raconter cette aventure sous forme de BD reportage dans le numéro d’automne 2015 de la revue XXI. Ils seront en compagnie de Yves Baroni (Fralib) autour d’une dégustation de thé 1336 et d’un petit concert.

La rencontre sera suivie d’un vernissage de l’exposition sur cette aventure, produite par Badam’.

Celle-ci sera visible du 13 octobre au 13 novembre 2016.

Le blog de Clément Baloup
Librairie de l'Arbre

Espagne 36

LIBERTARIAS

Un film de Vicente Aranda

Projection-Débat


Vendredi 14 octobre 2016

Local de Solidaires
29 bd Longchamp Marseille 1°



L’action se déroule, en Catalogne, quelques semaines après l’échec du coup d’État franquiste du 18 juillet 1936. Dans une petite ville près de Barcelone, Maria, une bonne sœur, est forcée de quitter son couvent réquisitionné par les milices républicaines.

Elle se réfugie d’abord dans un bordel puis est recueillie par Pilar, une militante anarchiste e t féministe appartenant à l’organisation féminine libertaire Mujeres Libres (« Femmes libres » en espagnol).

Avec leur groupe de combattantes libertaires, en majorité composé d’ouvrières du textile et de prostituées, elles rejoignent la Colonne Durruti et partent pour le front de l’Ebre. Peu à peu, Maria adopte les idées libertaires.

Si le film prend délibérément parti pour les femmes qui se battent à la fois pour la révolution sociale et pour leur émancipation spécifique, il ne fait pas l’impasse sur les questions qui dérangent.

Un succès d’affluence en Espagne mais jamais diffusé dans les salles françaises.

Automne 2016
Cycle Luttes des Classes et Progrès Social !
Ciné-Solidaires

dimanche 2 octobre 2016

Grève

Appart’City Euromed (Marseille 2°)

la victoire au bout du conflit pour les femmes de chambre



Après quinze jours d’un mouvement de grève déterminé, les femmes de chambre assurant le nettoyage de l’Appart’City Euromed ont repris le travail cet après-midi, après avoir obtenu gain de cause sur leurs revendications.

Un protocole a été signé avec Net Hôtel Services, le nouveau prestataire ayant repris le marché après la rupture du contrat avec l’ancien sous-traitant SAMSIC (voir notre précédent communiqué).

Nos camarades obtiennent : paiement à l’heure et non plus à la tâche, prime de panier à 8€80 brut par jour, passage à la qualification AS3 dans la grille conventionnelle de la propreté, augmentation des mensualisations des contrats, prime de reprise de 250€ (pour couvrir les jours de grève) et négociation des modalités de mise en place du treizième mois sous 15 jours. A noter que tous les salarié-e-s du chantier sont repris par le nouvel employeur y compris ceux-celles précédemment en CDD.

Concernant le passif avec la société SAMSIC, notamment les heures supplémentaires ou complémentaires impayées depuis mars 2016, nous irons les chercher par une saisie rapide du conseil des Prud’hommes.

Nous remercions tous les soutiens passés sur le piquet et/ou ayant participé à la caisse de grève en ligne qui ont permis de mettre encore plus la pression sur le groupe Appart’City et ses sous-traitants !

A Marseille, le secteur hôtelier et l’industrie touristique en général sont de plus en plus florissants et générateurs de profits. Pourtant derrière les façades clinquantes de ce nouveau poumon économique de la ville, c’est tout un système qui repose sur l’exploitation brutale des salarié-e-s, une précarité généralisée avec notamment un recours massif à la sous-traitance.

La CNT Solidarité Ouvrière se félicite donc de cette nouvelle victoire syndicale à quelques mois d’intervalles avec d’autres luttes à Marseille dans ce même secteur de la sous-traitance hôtelière. Nous appelons l’ensemble des travailleurs et travailleuses du secteur à s’organiser syndicalement et à mener le combat contre l’exploitation et le mépris.

Seule la lutte paie !

CNT-SO 13