bannière

bannière

lundi 30 juin 2014

Rencontre-débat

Nous vous invitons à vous joindre à nous pour une rencontre-débat sur :


"Les mouvements Féministes et Libertaires au Chili"

Vendredi 4 Juillet, 19h - Mille Babords,61 rue Consolat
 

  Dans un Chili installé au cœur du néo-libéralisme depuis la dictature militaire, les mouvements populaires et de travailleurs ont refait surface à partir du mouvement étudiant de 2011, ainsi que les revendications liées au genre, à la dissidence sexuelle et au droit à l'avortement. Une militante et fondatrice de l’organisation féministe libertaire chilienne La Alzada, Acción Feminista Libertaria vient présenter son expérience des mouvements sociaux au Chili à travers la perspective féministe-libertaire et sa dimension sociale impulsée par La Alzada. 

   La rencontre sera suivie d'un peu de musique et d'une dégustation de spécialités chiliennes...


jeudi 12 juin 2014

Luttes sociales

Usine Fralib : la lutte paie !



Le courage, la ténacité et l’intelligence collective des salarié.e.s de Fralib ont eu raison de la multinationale Unilever qui voulaient fermer leur usine de Gémenos (Bouches-du-Rhône) pour délocaliser la production de thés et tisanes en Pologne.

Au bout de 1336 jours de lutte, les ouvrières et ouvriers ont arraché au géant mondial de l’agro-alimentaire un accord qui va permettre la réalisation de leur projet de reprise de l’activité en société coopérative ouvrière de production (scop).

La multinationale cède pour un euro symbolique les machines d’une valeur de 7 millions ; elle verse un fonds de roulement de 1,5 millions, elle finance la remise en état, le développement et la modernisation de l’outil de travail, ainsi que la formation des salarié-e-s ; les 76 travailleuses et travailleurs en lutte reçoivent chacun une prime de 100.000 euros en plus des indemnités légales « pour le préjudice subi ».

Une revendication phare des Fralib n’est toutefois pas satisfaite : Unilever garde la marque Éléphant, ce qui rend plus difficile la relance de l’activité, mais elle s’engage à financer la création d’une marque et des mesures contribuant au développement commercial. En tout, la multinationale lâche 19,2 millions d’euros pour se sortir de ce conflit interminable. Ce n’est qu’une goutte d’eau pour elle, mais pour les Fralib c’est l’assurance de pouvoir continuer la lutte d’une autre façon.

C’est une victoire sur la résignation et la peur, la démonstration éclatante que la lutte paye. En cette période d’attaques tous azimuts des capitalistes, c’est une victoire importante pour le syndicalisme lutte de classe et pour l’ensemble du mouvement ouvrier. Oui, il est possible d’occuper, de réquisitionner et d’autogérer les entreprises qui licencient ou qui ferment ! Les prolétaires n’ont pas besoin des capitalistes pour produire !

Alternative libertaire salue cette lutte exemplaire et assure les Fralib de son soutien à l’expérience autogestionnaire qu’ils sont en train de mener. Elle appelle toutes et tous les salarié-e-s à lutter contre les licenciements en suivant leur exemple.

Alternative libertaire, le 11 juin 2014

samedi 7 juin 2014

Solidarité internationale

Avec le peuple zapatiste, pour Galeano assassiné



 Le 2 mai, un groupe paramilitaire a attaque le Caracol de la Realidad, un des cœurs de l’organisation zapatiste, tuant le compagnon Galeano. Alternative libertaire réaffirme son soutien à la lutte de libération menée par les zapatistes au Chiapas (Mexique).

Alors même que nous célébrons partout dans le monde les 20 ans du soulèvement zapatiste, alors même que — et justement pour cette raison — les communautés viennent d’ouvrir un espace d’échanges unique en son genre, l’Escuelita, qui a accueilli près de 6.000 sympathisant-e-s internationaux dans l’optique de partager l’expérience des luttes et de la construction de l’autonomie zapatiste, alors même que la lutte zapatiste connaît un nouveau tournant, le 2 mai dernier le groupe de paramilitaires désignés sous le nom de CIOAC attaque le Caracol de la Realidad, un des centres de décision et d’organisation zapatistes.

Vérité et justice pour Galeano

Alors que le Conseil de Bon Gouvernement de La Realidad avait convoqué une réunion pour tenter d’apaiser les tensions existantes avec des membres de la CIOAC, les paramilitaires en ont profité pour saccager l’école autonome et la clinique du caracol. Ils ont ensuite pris en embuscade un groupe de personnes revenant de travaux à l’extérieur de La Realidad et les ont attaquées à coups de machette et de fusil. Le compagnon Galeano, Votán et professeur de l’Escuelita, y a laissé la vie, assassiné.

Cette attaque est l’aboutissement de semaines de tensions provoquées par ce groupe paramilitaire, mais aussi d’années d’intimidations et d’agressions qui, si elles sont perpétrées par des groupes paramilitaires, sont planifiées et organisées par les partis au pouvoir, en particulier le PRI mais aussi le PAN et le parti vert écologiste qui servent les intérêts capitalistes des grands propriétaires terriens et des multinationales.

Toutes nos pensées vont à la famille de Galeano et à sa communauté, ainsi qu’au mouvement zapatiste qu’il est impératif de soutenir face à cette agression qui marque une nouvelle phase de répression du mouvement. Cette attaque est significative de la volonté de l’État mexicain de mettre fin de manière frontale à cette expérience d’autonomie. Conscient-e-s de la gravité de la situation, les zapatistes ont décidé de faire appel à l’EZLN (Armée Zapatiste de Libération Nationale) pour se défendre contre cette politique de la terreur, digne des stratégies déployées lors du massacre d’Actéal commis par des paramilitaires en 1997. Cette décision prise sous la contrainte augure une période bien dure pour la résistance chiapanèque.

Nous dénonçons l’État mexicain, les partis au pouvoir et les capitalistes qui écrasent les luttes pour l’autonomie des peuples et nous appelons à soutenir le mouvement zapatiste dans la construction d’ « un monde où plusieurs mondes sont possibles ».

Alternative libertaire affirme son soutien inconditionnel au peuple zapatiste et à tous les peuples luttant pour leur émancipation, leur dignité, leur liberté.

Partout dans le monde, les États, bras armés des capitalistes, répriment les peuples et les personnes qui ne veulent pas se laisser diriger par un néolibéralisme mortifère.

Contre toutes les formes d’oppressions que génèrent les États et le capitalisme, Solidarité internationale !

Alternative libertaire, le 26 mai 2014 

Alternative Libertaire adhère à la Sexta

  


L’EZLN et le mouvement zapatiste ont montré au cours de ces dernières décennies qu’il n’y avait pas de fatalité dans ce monde dominé par le néolibéralisme, les injustices et les gouvernements à la botte des capitalistes. Même les plus pauvres, les plus oublié-e-s, peuvent se lever et crier Ya Basta ! Assez ! Et choisir une autre voie, basée sur la justice, la démocratie, la dignité, la solidarité, l’égalité.

Ce qu’ont réussi à construire les zapatistes depuis la création de l’EZLN représente une source d’optimisme et d’inspiration pour tous ceux et toutes celles qui luttent pour un monde meilleur. Les conditions politiques, sociales, culturelles, ne sont pas les mêmes en France et au Chiapas, et n’appellent pas les mêmes réponses, mais un désir commun doit nous animer, comme partout sur cette planète : reprendre le contrôle de nos vies. Et sur ce plan là, les zapatistes sont un exemple.

Alternative Libertaire lutte depuis longtemps contre toutes les oppressions : capitaliste, étatique, patriarcale, raciste. Nous participons dans la mesure de nos capacités aux mouvements sociaux et aux luttes sur nos lieux de travail, et diffusons autant que possible nos idées communistes libertaires pour créer une société libre de toute forme de domination.

Depuis le soulèvement zapatiste, nous avons suivi avec intérêt et solidarité l’évolution de cette lutte, et l’avons diffusée dans les pages de notre journal. Mais nous n’avons jamais formalisé notre solidarité, ni n’avons participé aux rencontres et activités organisées par les zapatistes ou les mouvements de solidarité. Il est malheureusement difficile de s’engager sur tous les fronts. Mais aujourd’hui, alors que les conséquences économiques, sociales et écologiques du néolibéralisme se font de plus en plus dramatiques et irréversibles, il nous semble important de participer à la nouvelle dynamique que les zapatistes essayent d’impulser. C’est pourquoi nous avons décidé de rejoindre la Sexta Declaración de la Selva Lacandona (1).

Ces derniers mois, à l’occasion des 20 ans du soulèvement, nous avons participé dans différentes villes de France à des activités de solidarité en commun avec d’autres groupes et collectifs de soutien aux zapatistes, avec des débats publics, des repas de solidarité, et la participation à des rassemblements de soutien. Avec ces collectifs, nous tentons tant bien que mal d’apporter notre aide. Nous souhaitons ainsi diffuser la lutte zapatiste et les revendications d’autonomie des peuples indigènes du Chiapas et d’ailleurs, et exiger l’application des accords de San Andres, la libération des prisonniers politiques et la fin du harcèlement militaire et de la violence politique dont sont trop souvent victimes les peuples du Chiapas et du reste du Mexique.

En attendant l’occasion de rencontrer nos camarades zapatistes et de la Sexta, nous resterons attentifs à l’évolution de la situation dans les communautés zapatistes, et continuerons à nous mobiliser en solidarité.

Alternative libertaire, le 26 mai 2014

(1) Sixième Déclaration de la Forêt Lacandone, lançant l’Autre Campagne, appelant à l’échange et la solidarité entre les luttes

mardi 3 juin 2014

Antifascisme

Plus que jamais, combattons l’extrême droite

Rassemblement à Marseille
jeudi 5 juin à 18h 30 au Vieux Port


Un an après la mort de Clément, assassiné par des fascistes : plus que jamais, combattons l’extrême droite !


Le 5 juin 2013, Clément était tué par des militants d’extrême droite. Son cas devenu emblématique n’est pourtant pas isolé. Nombreuses sont celles et ceux qui doivent affronter les oppressions.

Elles prennent des formes multiples (violences policières, expulsions, stigmatisations, islamophobie, lois racistes, remise en cause du droit à l’IVG…). Les récents scores électoraux du Front National ne sont pas là pour nous rassurer.

C’est pour cela que nous croyons que la mémoire de Clément n’appartient à personne, mais vit dans le combat de toutes celles et ceux qui s’opposent, à hauteur de leurs moyens, à ces oppressions.

Nous appelons donc à continuer la lutte, en mémoire de Clément et pour toutes les victimes du fascisme, des racismes, du sexisme, de l’homophobie, en participant au rassemblement marseillais à l'initiative du collectif Nosotros qui se tiendra un an après sa mort le 5 juin 2014.


Alternative Libertaire Marseille